paquet la barquette lu 3 chatons chocolat Un couteau dans le cœur


espace forme jean bouin nice ORIGINE
France
respiration difficile allonge Un couteau dans le cœur Affiche

lecture f v ce1 ANNEE
2018
délai edi tdfc 2018 REALISATION

Yann Gonzalez

potentiel calendaire lycomming INTERPRETES
carson mac cullers biographie Vanessa Paradis
road eyes recneo Kate Moran
match dfco 2018 Nicolas Maury
austin nina dobrev Pierre Emö
lebourgeois le havre pièce auto Khaled Alouach
francesco napoli wiki AUTEUR DE L'ARTICLE: evolution etat islamique Paul Siry
marles mine magic video SES DERNIERS ARTICLESjours fériés royaume uni SES FILMS FETICHES
jackson five abc
occasion ets chapuis
parent package variable in ssis example
maison xxème siècle
ronda jean rousey
Chiens de paille
L'ange de la vengeance
Mad Max
Requiem pour un massacre
Ténèbres

navette aéroport nantes Critique Un couteau dans le cœur
{Photo 1 de Un couteau dans le cœur} Paris, 1979. Anne Parèze est productrice de pornos gay. Elle ne se remet pas de sa séparation avec Loïs, sa monteuse. Pendant qu'elle noie son chagrin dans l'alcool, des acteurs de ses films sont retrouvés assassinés.

Le dernier long-métrage de Yann Gonzalez se parcourt comme une cartographie cinéphilique. Comme le démontrent ses nombreuses interviews, il a construit son propre univers avec des références hétéroclites issus en partie d'un cinéma français populaire des années 60 et 70 oublié des mémoires et des propositions actuelles. Avec sa culture, il a su créer un univers personnel très queer, non naturaliste où l'amour est sentimental et charnel. Il n'est donc pas étonnant qu'UN COUTEAU DANS LE CŒUR se passe dans le milieu du X gay français des années 70, le cinéma s'inscrivant cette fois-ci directement dans l'histoire.

Le personnage d'Anne Parèze (Vanessa Paradis) est inspiré d'Anne-Marie Tensi, productrice de films X de cette période, et qui a eu une relation avec sa monteuse Loïs Koenigswerther, qui devient ici Loïs (Kate Moran). Des titres de ses producti{Photo 2 de Un couteau dans le cœur} ons sont clairement cités, sans forcément en reprendre le contenu, comme MALÉFICES PORNOS devenant ici homo, avec Noé Hernandez en simili Manu Pluton.

Le récit criminel et l'histoire d'amour dialoguent en permanence. Cela débute la nuit avec Karl (Bastien Waultier) dans un extrait que Loïs visionne en salle de montage, alors qu'il est physiquement en pleine drague, attiré par un homme vêtu et masqué de cuir. Ce dernier le tue de façon très giallo : la mort se mêle à la sexualité dans une lumière rouge où l'arme blanche fait office de symbole phallique, le masque de cuir rappelle autant le porno gay que les nombreux tueurs des films italiens. Au plan suivant, Anne court apeurée dans la rue, comme si elle était poursuivie par le tueur. C'est le manque de Loïs qui la force à se précipiter dans une cabine téléphonique pour la joindre en plein travail. Anne recherche l'amour pendant que le tueur cherche ses victimes : le parallèle commence là.

Les deux personnages évoluent simultanément. Les deux intrigues vont encore plus s'entrelacer quand Anne enquête sur l'identit{Photo 3 de Un couteau dans le cœur} é du tueur, et les meurtres l'inspirent pour ses créations. Ainsi, son entretien avec deux inspecteurs devient une scène d'interrogatoire, comme si elle n'était pas touchée par ces morts. Tout son personnage renvoie au cinéma. Autre exemple quand Yann Gonzalez filme, sur fond de Malaguena, simplement le corps de Loïs qui danse et se rapproche d'une autre sous son regard jaloux. L'ambiance est festive mais la scène déchirante, d'autant plus qu'il n'y a aucun dialogue. Anne retournera au studio et utilisera elle aussi un couteau pour adresser un message hyperbolique au ton macabre en grattant la pellicule, matière cinématographique par excellence. Non seulement un milieu cinématographique prend place dans UN COUTEAU DANS LE CŒUR, mais la fascination du spectateur participe aussi au récit.

Sans jamais s'en moquer, les productions pornographiques sont montrées avec beaucoup d'humour. Avec très peu de budget, un commissariat est réduit à une table, une machine à écrire et un simple uniforme. Le contraste entre le drame de la situation et la légèreté de la mise en scène c{Photo 4 de Un couteau dans le cœur} onfirme le plaisir de l'équipe qui tourne.

Avant l'arrivée du Sida, pendant l'âge d'or du X, traîner gaiement dans les bars, danser joyeusement en boîte, tourner "à l'aise entre copains" comme il est dit pour diriger les hardeurs, reflètent la sensibilité des milieux gays de cette époque. L'homophobie est simplement insinuée ou évoquée, sans jamais peser sur l'humeur ambiante.

Yann Gonzalez réussit aussi à capter très simplement la fragilité de personnages peu présents, comme celui en manque d'affection interprété par Romane Bohringer. Ce tendre portrait nous touche jusqu'à nous faire oublier le reste du film l'espace d'un instant.

Le casting rassemble des acteurs habitués de Yann Gonzalez comme Nicolas Maury encore plus fabuleux que d'habitude avec sa coupe blonde d'un autre temps, des personnes emblématiques d'une certaine cinéphilie dont Jacques Nolot et Ingrid Bourgoin, de jeunes acteurs eux aussi connus pour des films fort singuliers - on retrouve avec joie Jonathan Genet très remarqué dans l'inégal mais inoubliable COSMOS, ultime réalisation d'Andrzej Żuławski -, et des amateurs aux parfaits physiques d'éphèbes et de belles gueules queer magnifiées, Bastien Waultier et Simon Thiébaut en tête. Mentions spéciales à Bertrand Mandico, frère de cinéma de Yann Gonzalez, dans son premier travail d'acteur, et la courte apparition de Christophe Bier dont personne ne s'étonnera de le voir ici en cinéphile passionné de porno, bien évidemment. Si le sujet, le choix des acteurs, les références cinématographiques font croire que le projet serait obscur et s'adresserait uniquement à un public restreint, confier le rôle principal à une star, Vanessa Paradis, est une idée lumineuse. Son aura et son image glamour s'intègrent parfaitement à l'univers de Yann Gonzalez.

UN COUTEAU DANS LE CŒUR est un film très généreux à l'univers foisonnant où l'on pénètre avec délice. Pour prolonger l'expérience, le documentaire passionnant sur ce cinéma porno gay français des 70's MONDO HOMO d'Hervé Joseph Lebrun, conseiller historique d'UN COUTEAU DANS LE CŒUR, est à conseiller : nombreux acteurs, réalisateurs et techniciens sont interviewés.

malongo carros recrutement Paul Siry
23/06/2018
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

affiche marine le pen > protege scion canne a pêche > kurosaki kun no iinari nante naranai vostfr
Vous aimez Un couteau dans le cœur ?
club house bordeaux
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €