pelargonium graveolens huile essentielle Daughter Jones (La hija del professor)


cimetière juif carpentras ORIGINE
France
verre uruboros américain van gogh Daughter Jones (La hija del professor) Affiche

inquiete toi qd je ne parle plus ANNEE
2018
la planète mars cm2 REALISATION

Jordan Kazinetz

raymond x factor INTERPRETES
tenue urh fille Danny
commande executer vista Loren
inimaginable nature grammaticale Harry
codépendance comment guérir Jeimar
cos saint pierre des corps Jeydis
recette oum ali AUTEUR DE L'ARTICLE: responsabilité civile assurance Patrick Barras
quizz cinéma facile SES DERNIERS ARTICLES
miles from bangalore to bhopal
appels internationaux gratuits
chèque bureautique toulouse
monte charge industriel pdf
peter eotvos drums

cloud les cordeliers Critique Daughter Jones (La hija del professor)
{Photo 1 de Daughter Jones (La hija del professor)} « Bouclez vos ceintures, lassez vos chaussures, attachez vos chevelures, c'est partie pour l'aventure! Armée d'un indéfectible lasso, et accompagnée d'une mystérieuse voisine, la fille du professeur Jones recherche la légendaire lampe d'Aladin. Seul un spectateur qui regardera ce film en entier lui permettra d'accomplir sa quête. Son destin est à présent entre vos mains... », peut-on lire sur la jaquette du DVD du dernier film de Jordan Kazinetz...

Quand on n'a pas l'honneur de connaître le travail du susnommé Jordan Kazinetz (qui prend semble-t-il pour le coup le pseudonyme de Clifford Jesskofran), la découverte en première approche de DAUGHTER JONES a de quoi laisser perplexe.

Grossier,{Photo 2 de Daughter Jones (La hija del professor)} gore, sexy (carrément libidineux, oui!) et complètement foutraque, ce petit métrage (à peine plus de 26 minutes) semble bel et bien compiler à lui tout seul et de manière exhaustive la plupart des défauts du cinéma amateur, tant au niveau de la technique que du jeu et de la direction des acteurs. Comme nous l'affirmions déjà il y a quelque temps à propos des PINCES DE LA MORT, des frères Carteret, c'est à se demander s'il ne briguerait pas lui aussi la place de « Nanar étalon », sous une cloche au pavillon de Breteuil parmi les poids et mesures de référence.

Impossible en tout cas de ne pas être piqué de curiosité quand on voit que la chose a visiblement été tournée (en espagnol) dans une a{Photo 3 de Daughter Jones (La hija del professor)} ncienne colonie espagnole, au sein d'une communauté afro-latina (une île comme Porto Rico ou Saint Domingue ? Une bouteille entrevue de cerveza Aguila fait bien penser à la Colombie... Mais va savoir) et on prend alors plaisir a penser que son auteur a peut être bien occupé et rentabilisé d'éventuelles vacances en s'investissant dans l'entreprise, au lieu de simplement bronzer idiot. Si tel était le cas, comme le monde nous semblerait plus beau si bon nombre de touristes décidaient subitement de lui emboiter le pas au lieu de rapatrier dans nos contrées des monceaux de terra-octets ineptes et standardisés qui au mieux moisiront définitivement dans les recoins d'un disque dur, au pire serviront{Photo 4 de Daughter Jones (La hija del professor)} à torturer de pauvres gens qui au nom de l'amitié ou des liens familiaux seront forcés de les visionner.

C'est l'éventualité de ce type de démarche chez Jordan Kazinetz qui peut du coup donner son charme à DAUGHTER JONES. De même que le côté décomplexé d'un sympathique « footage de gueule » fauché où le gore se décline à grand renfort de ketchup et de diverses spécialités culinaires, poitrines et popotins rebondis et gigotants sont copieusement exposés et où de jeunes « acteurs » blacks maîtrisant leur texte comme un manchot maîtrise la mandoline sont constamment au bord de l'éclat de rire, ou de la crise de nerfs, c'est selon. Une compilation de morceaux musicaux variés vient napper la chose de manière plutôt agréable (pour les amateurs), allant de la dance latino à la soul en passant par le hard rock, le punk hardcore, le early reggae et le ska. Ça suffit de toute façon à masquer les déficiences de la bande son.

Sinon, hé bien nous avons encore la rencontre entre Indiana Jones et Aladin, en croisant au passage la méchante reine de Blanche Neige, la quête secondaire d'un short en diamants devant servir à une danse à réveiller les morts, pas mal de méchanceté gratuite, une petite fille teigneuse et malpolie et au final une bonne poilade.

Une fois la première vision achevée, on se surprend même à enchaîner sur la version courte (19 minutes) proposée sur le DVD. C'est dire...

alaster sooke naissance Patrick Barras
01/05/2018
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

race du chien de tintin > emploie store pôle emploie > sacs occasion ikks fisherman

tragedie ecologiste chiloe Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
petit anjou train DVD Zone 2 5 €
Vous aimez Daughter Jones (La hija del professor) ?
ouverture action argenteuil En vente sur Sin'Art
  • Pochette Daughter Jones - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    5€
enceinte règles anniversaires
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €